polaroid

Workshop Polaroid

Workshop Polaroid 1800 1350 chromatik

Le portrait poétique au Polaroid – Sarah Seené

La photographe Sarah Seené nous a fait le grand plaisir de donner, à Huy, un workshop sur le Portrait poétique au Polaroid, qu’elle a longtemps exploré.

Une demi-journée consacrée à l’approche sensible du portrait et à la mise en scène de l’intime.

Sarah nous retracé l’histoire du Polaroid et présenté quelques grands noms de la photographie usant de ce médium, en terminant très singulièrement sur son travail.

Les participant.e.s ont ensuite réalisé une série de portraits et/ou d’autoportraits.

Et pour terminer ce workshop, Sarah nous a livré son secret pour transférer un polaroid sur une feuille aquarelle.

Sarah
Seené

Sarah Seené est une artiste visuelle française basée à Montréal (Québec, Canada) dont le travail s’articule essentiellement autour de la pellicule, notamment 35 mm, Super-8 et Polaroid. Son univers, onirique et poétique, met en lumière des visages, des corps, des humains, où la question de l’intime est centrale.

Sarah explore également l’écriture poétique, qu’elle mêle à son travail en images fixes ou en mouvement.

Ses photographies ont été exposées dans plusieurs expositions personnelles et collectives en Europe et en Amérique du Nord. Elle a collaboré à plusieurs revues et réalise des portraits d’artistes dans le domaine de la musique en France et au Québec, en pellicule.

Mais Sarah, c’est aussi …

Une sacrée p*tain de rencontre, une personne généreuse et vraie, juste un peu dingue ce qu’il faut. Un univers.
Ouais, une sacrée p*tain de rencontre qui a ébloui tout ce mois d’août à la biennale de Marchin. Par son expo, par son accueil et sa disponibilité auprès du public, par la rencontre organisée avec les amis des aveugles, par les soirées mémorables au bar de la résidence,
Un sacré p*tain de rencontre qui n’en finissait pas de finir. Des rires, des coups de trop, du lâcher prise qui fait du bien. Des expressions qui marquent et qui collent (ça craint du vagin). Et puis Bruxelles, Namur, le workshop. Tout ce que j’oublie en écrivant ce post. Et tout ce que je ne vous dirai pas ici.

Merci pour tout ça, Sarah.